La firme japonaise vient une fois de plus booster l’univers de la technologie avec sa nouvelle tablette Sony DPT-RP1, attendue pour le 5 juin prochain. Derrière cette combinaison peu attrayante de chiffres et de lettres désignant l’ardoise se cache une pile de rames électroniques visant à remplacer le traditionnel carnet de notes. En effet, cette lutte acharnée qui consiste à réduire au maximum l’utilisation du papier ne date pas d’aujourd’hui, car la marque avait déjà fait ses premières tentatives avec la DPT-S1 tab qui, jusque-là, semble n’avoir toujours pas trouvé son public. Reste à savoir ce qu’il en sera de son successeur.

Voici une vidéo qui présente l’appareil

La Sony DPT-RP1 propose des caractéristiques intéressantes

Une dalle de 13,3 pouces bien lisse, avec une résolution de 1 650 × 2 200 pixels ; voilà ce que promet la tablette DPT-RP1 de Sony. Inutile de préciser que cette fois, la qualité d’affichage sera meilleure que celle observée sur la DPT-S1 (1 200 x 1 600 pixels) ! L’objectif premier de cette ardoise consiste à rédiger des documents, faire des dessins, prendre des notes, annoncer des textes, tout ceci, à l’aide d’un stylo numérique, car elle peut conserver environ 2800 documents en format PDF grâce à ses 4 Go extensibles via micro-SD.

Avec cet appareil, Sony facilite la tâche aux utilisateurs qui ne devront plus se servir de leurs doigts, mais plutôt d’un stylet pour manipuler l’écran. En ce qui concerne sa conception, la marque a fait de son mieux pour le rendre plus léger (350 g) et plus fin (30 rames de papiers environ) que son prédécesseur. En autonomie, la tablette peut tenir 3 semaines ; mais lorsqu’elle est connectée à un réseau WiFi, il faut compter 2 semaines pour une nouvelle charge.

DPT-RP1 de Sony
Sony DPT-S1, Source : Cnet

La tablette ne sera pas à la portée de tout le monde

Contrairement aux autres tablettes, l’écran de la Sony DPT-RP1 tab donne du fil à retordre, car comme on pourrait s’y attendre, il n’est pas facile à contorsionner comme le serait un document. En effet, cela peut se comprendre dans la mesure où cette ardoise n’est pas spécialement destinée aux loisirs (regarder les vidéos ou naviguer sur la toile) : une vraie liseuse, un peu comme la Kindle de Amazon.

En réalité, Sony tente à travers cet appareil, d’informer la grande classe (médecins, avocats, businessmen, etc.) qu’il est désormais possible d’en finir avec les débris de papiers qui trainent pêle-mêle sur les bureaux, et de pouvoir enfin stocker les informations sur du papier numérique. Pour ce fait, le prix de vente de la Sony DPT-RP1 n’est évidemment pas à la portée de toutes les bourses, car il faudrait prévoir 80 000 yens, soit 700 dollars ou encore 679 euros pour se l’approprier.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY