Noël approche à grands pas, et déjà, les boutiques et magasins font le plein des jouets connectés les plus tendance pour satisfaire leur clientèle. Le défi est de taille, car cette fois-ci, les constructeurs ont joué des pieds et des mains pour s’équiper de toutes sortes de babioles. Une chose est certaine, aucun enfant ne restera en marge de l’événement, car, le père noël aura beaucoup de cadeaux à distribuer cette année. Toutefois, une inquiétude est à soulever en ce qui concerne surtout les poupées et les robots connectés. Selon les rumeurs, ces jouets contrôlables via Bluetooth avec un Smartphone (comme la poupée connectée Cayla) constitueraient un danger pour la sécurité des tout petits, puisqu’ils pourraient devenir une source d’espionnage.

Les jouets connectés dont il faut se méfier

jouets connectés
poupée connectée Cayla, Source : objetconnecte

Comme nous le savons tous, l’achat des cadeaux de Noël pour les enfants doit se faire avec beaucoup de précautions. En effet, avec l’évolution de la technologie, les jouets connectés ont considérablement pris la place de ceux traditionnels. Mais, force est de constater qu’ils n’ont pas tous leur place dans la chambre des enfants, car, certains d’entre eux disposent d’un système de sécurité peu performant. En réalité, les doutes sont particulièrement portés sur deux jouets qui inquiètent véritablement l’association de consommateurs norvégienne : il s’agit du robot connecté  i-Que et de la poupée intelligente « Mon amie Cayla ».

En effet, ces deux babioles ont la possibilité de converser avec les enfants grâce à un micro caché dans leur système de fonctionnement. Toutefois, commandés via Bluetooth, par Smartphone ou tablette, ils ne disposent pas de code d’accès ; ce qui fait qu’ils peuvent communiquer avec un quelconque individu via n’importe quel terminal. Il suffit de se positionner dans le rayon d’action de l’appareil pour entendre toutes les confidences de l’enfant à son jouet. Comme l’expliquait le responsable de la section Services numériques au Conseil norvégien des consommateurs, Finn Myrstad, ces jouets connectés peuvent être utilisés, quand ils sont en marche, par n’importe qui se trouvant dans leur champ d’action. Il est par conséquent plus facile de mener une conversation libre à travers eux sans se faire remarquer.

Les confidences des enfants sont mises à nu sans consentement

robot connecté i-Que
Cayla et le robot connecté i-Que, Source : objetconnecte

Ainsi, l’inquiétude prend de l’ampleur, car l’association de consommateurs norvégienne (susmentionnée) explique que les conversations recueillies sur ces jouets pourraient être envoyées sans autorisation à une société américaine spécialisée dans la reconnaissance vocale. Le but est uniquement commercial, puisque ces vocaux pourraient être utilisés pour faire la publicité des jouets d’autres marques comme Disney.

Pour plus de sécurité, une mise en garde s’avère donc nécessaire en ce qui concerne le choix des jouets pour les enfants. Il est par conséquent important d’implorer la vigilance des parents pendant l’achat des jouets connectés, plus précisément du robot « i-Que » et la poupée « Mon amie Cayla ».

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY